La carte sensitive de la langue

Attention: cet article est présenté à titre indicatif. Le monde scientifique le considère comme une idée reçue. Cependant, certains fabricants de verre, comme Riedel, utilisent cette carte de la langue pour optimiser la forme de leurs verres.
 
Un des faits les plus répandus au niveau du goût concerne la répartition des capteurs des 4 bases du goût (acide, amer, salé et sucré). La connaissance de cette carte permet au fabricants de verres à vin de concevoir les formes de verre les plus pratiques pour la consommation de chaque type de vin.

La carte sensitive de la langue est tirée d'une thèse rédigée par Hänig en 1901. Dans son étude, Hänig fit le constat que les seuils de réaction de la langue aux 4 stimuli (sucré, salé, acide et amer) variaient en fonction de l'endroit où ils étaient appliquée. Hänig nota les éléments suivants:
-La sensibilité au sucré est à son maximum sur le bout de la langue et à son minimum à la base de celle-ci.
-A l'inverse, pour l'amertume, la sensibilité maximale est à la base de la langue alors que le bout de celle-ci n'offre qu'une sensibilité réduite.
-La saveur salée est perçue de manière equi-répartie sur toute la surface de la langue.
-Pour l'acide, la sensibilité est minimum sur le bout et la base de la langue. Celle-ci est maximum au milieu des côtés de la langue.

Cette carte de la langue a été ré examinée par Boring en 1942 et Collings en 1974, pour aboutir au schéma suivant.

Attention toutefois. Cette carte de la langue est soumise à controverse par le monde scientifique.